Publicité
À LA UNEACTUALITÉPEOPLE

Samuel Eto’o :une promesse faite à sa mère l’a motivé à prendre d’importantes décisions pour sa réussite.

Sponsorisé

Samuel Eto’o Fils a beaucoup galéré dans les débuts de sa carrière de footballeur. Il revient sur certains propos qu’il a tenus à l’endroit de sa mère.

L’ancien international camerounais, Samuel Eto’o, a connu plusieurs échecs dans des clubs français. Ce, avant qu’il ne soit repéré par le Real Madrid lors d’un match qui a opposé la sélection nationale des juniors du Cameroun à celle de la Côte d’Ivoire où il a inscrit un doublé. C’est avec enthousiasme qu’il a atterri chez les Merengues. Mais très vite, il a déchanté car le Real s’est finalement résigné à lui donner toute sa chance d’entamer enfin une grande carrière.

Qu’à cela ne tienne! Pour Samuel Eto’o, sa plus grande joie, c’est le jour où il a pu dire à sa maman qu’elle ne vendra plus du poisson. «Ma signature au Real Madrid, c’était l’espoir et un début d’un rêve pour moi. Seulement mon rêve était devenu cauchemar parce que ce que j’aime le plus faire, c’est-à-dire jouer au football, je ne pouvais pas le faire. J’étais rentré en bras de fer avec le Président. Il faut qu’on donne la chance aux jeunes joueurs. Rien n’a été facile pour moi. Le jour où j’ai dit à ma maman : aujourd’hui tu ne vendras plus le poisson, c’était déjà une réussite pour moi »s’est-il souvenu.

Puis de poursuivre : « Et je me disais, je vais y arriver car c’était pour moi une souffrance de voir ma pauvre maman se réveiller à 2h du matin pour aller acheter du poisson qu’elle devrait revendre le lendemain. Si dans un grand club on ne vous donne pas cette chance, alors, il faut aller ailleurs. Moi à chaque fois je rencontrais le Real Madrid à Majorque, je me donnais à fond et j’ai eu une discussion avec le Président du Real Madrid de l’époque. »

Au final, Samuel Eto’o a réalisé une carrière hors norme. Ce qui lui vaut aujourd’hui d’être l’un des meilleurs joueurs africains de tous les temps.

Annonce
Publicité
Publicités

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page