Publicité
À LA UNE

La plateforme SPACIA pour dénoncer les actes de corruption lancée en Côte-d’Ivoire

Sponsorisé

Le Premier Ministre Patrick Achi, a procédé au lancement de la plateforme SPACIA, destinée à faciliter le signalement des actes de corruption en Côte d’Ivoire à l’occasion de la célébration de la 6ème édition de la Journée africaine de la lutte contre la corruption, le lundi 11 juillet 2022 à Abidjan.

« Véritable interface entre l’État et les citoyens, outil digital moderne et fluide, le système de prévention et de détection des actes de corruption et infractions assimilées (SPACIA) permettra de dénoncer facilement et précisément les actes de corruption dans tous les secteurs d’activités, en vue d’en réduire drastiquement la prégnance sur notre société », a déclaré Patrick Achi.

Pour le Premier Ministre, au-delà de la symbolique forte que revêt le lancement de ce dispositif d’alerte, SPACIA traduit parfaitement l’engagement de toute une Nation : celle du Président de la République, du Gouvernement et des citoyens en faveur d’une « Tolérance zéro » en matière de corruption.

Annonce

Le Chef du gouvernement a indiqué que la corruption est ce mal social profond qui perturbe les avancées collectives et les progrès humains. Elle fragilise les économies, les institutions, etc.

Il a souligné que l’ambition de transformation structurelle de la Côte d’Ivoire induit la promotion de la bonne gouvernance. La lutte contre la corruption, à en croire le Premier Ministre, sera le pilier fondamental d’une administration plus transparente, efficace, socle d’une modernité nouvelle. Il a engagé les populations à une prise de conscience et à un combat collectif contre la corruption.

Institué par le gouvernement le 13 avril 2022, le dispositif digital SPACIA est disponible à l’adresse www.spacia.gouv.ci. Patrick Achi a exhorté ses concitoyens à le découvrir et à l’utiliser. Il les a assurés de la protection de la loi et qu’aucun acte de corruption ne restera impuni.
En Côte d’Ivoire, la corruption fait perdre plus de 1 300 milliards de FCFA par an à l’Etat, alourdit ses dépenses et réduit de manière significative ses ressources.

CICG




La source

Publicité
Publicités

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page