Publicité
À LA UNEACTUALITÉANNONCES

Cote d’Ivoire: le vœu du défunt premier ministre dévoilé 5 mois après sa mort.

Sponsorisé

Le défunt Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, avait un voeu secret : celui d’assister à un concert reggae au Parker Place. C’est la révélation que fait Fernand Dédeh, qui revient sur ce vœu cher alors que le RHDP s’apprête à rendre un hommage à son président du directoire disparu.

« Ce vendredi 18 décembre 2020, dépôt d’une gerbe de fleur sur la tombe du fils du Poro, recueillement sur la tombe et réunion politique », a indiqué Fernand Dédeh, dans sa tribune quotidienne sur Facebook. « Une chose est sûre, Korhogo, au Nord du pays, la terre des Gon, est le centre d’intérêt des militantes et militantes » du RHDP, le parti présidé par Alassane Ouattara.

« J’ai une pensée toute particulière pour celui que j’aurais tant souhaité voir à ma place aujourd’hui, mon fils, feu le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat désigné, le 12 mars 2020, par le RHDP pour l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. », disait Alassane Ouattara, le 14 décembre 2020, lors de la prestation de serment au Palais présidentiel.

« Korhogo, comme pour remettre les insignes de la République à titre posthume à celui à qui ils étaient destinés… Ton camarade étant « président pour cas de force majeure, par devoir, pour le sacrifice », insiste l’ex-journaliste de la RTI.

L’ex-premier ministre est décédé le 8 juillet à Abidjan, au Palais présidentiel. Une semaine plus tôt, il rentrait de deux mois de soins et de repos à Paris. « Il rassurait alors ses partisans et collaborateurs sur son état de santé, la forme retrouvée. Malheureusement…Parents, amis, connaissances, collaborateurs le pleurent toujours », fait remarquer l’analyste politique.

Citant l’une de ses proches, Fernand Dédeh révèle : « Un homme simple de l’intérieur. Passionné de culture, de salsa et de reggae. Il avait un vœu qui lui était cher: assister à un concert reggae au Parker Place. ». Un membre de son équipe gouvernementale ajoute : « Il nous avait prévu un show entre nous ». En définitive, selon le journaliste, « C’est donc, cet homme que sa famille politique pleure toujours et refuse en âme et conscience, d’oublier. D’où le déferlement à Korhogo… ».

Annonce

Source: La vraie info

Publicité
Publicités

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page