dimanche, novembre 28, 2021

À LA UNE, ACTUALITÉ, POLITIQUE

Côte d’Ivoire: Adresse à la nation ivoirienne du président Stéphane Kipré à l’occasion du Nouvel An 2021

Union des Nouvelles Générations
Union-Travail-Excellence

ADRESSE A LA NATION IVOIRIENNE DU PRESIDENT STEPHANE KIPRE
A L’OCCASION DU NOUVEL AN 2021

Ivoiriennes, Ivoiriens
Mes chers compatriotes,

L’année 2020 qui s’achève dans quelques heures a été particulièrement difficile pour tous les habitants de notre pays.
La crise mondiale du coronavirus a mis à rude épreuve notre système sanitaire avec des conséquences désastreuses pour les secteurs économiques et sociaux. Le soutien de l’État n’ayant pas été à la hauteur des attentes, plusieurs entreprises ont été contraintes de fermer accentuant ainsi le chômage de notre jeunesse déjà durement éprouvée.

2020 a aussi été l’année de l’élection présidentielle d’octobre supposée refermer la parenthèse de plusieurs années de crise. Elle a été catastrophique compte tenu du refus du pouvoir d’offrir des élections libres, démocratiques et transparentes à un peuple qui ne demandait qu’à faire un choix en conformité avec ses aspirations. Cette situation a entrainé une autre crise électorale avec son corollaire d’exilés, de prisonniers politiques et de morts dont je voudrais respectueusement m’incliner devant leur mémoire.

Depuis cette élection organisée au forceps dans des conditions drastiques, les clivages ethniques et politiques ont été ravivés par l’impunité révoltante dont bénéficie les partisans du pouvoir qui se sont pourtant rendus coupables de plusieurs actes répréhensibles.
Ivoiriennes, Ivoiriens
Mes chers compatriotes,

C’est donc dans cette atmosphère délétère et particulièrement inquiétante que vont se dérouler les fêtes de fin d’année. Et pourtant, nous n’avons cessé d’appeler à un dialogue sincère et constructif pour offrir à notre peuple une perspective d’avenir bien meilleure.

A l’occasion de cette adresse, je voudrais réitérer mon appel au dialogue et au compromis à tous les acteurs de la classe politique ivoirienne. Le dialogue que j’appelle de tous mes vœux doit être diffèrent de ce à quoi nous avons assisté jusqu’à ce jour. Il doit être inclusif et ouvert parce qu’il est temps d’aborder frontalement tous les problèmes qui minent la cohésion sociale dans notre pays.

Il devrait se faire sous l’égide d’un facilitateur afin de s’assurer que les conclusions soient la conséquence d’un large consensus politique qui sera adoubé par tous les participants. La particularité de ce dialogue sera de ne faire ni vainqueurs ni vaincus mais donner l’image d’une Côte d’Ivoire retrouvée et unie.

Ces problèmes sont relatifs aux libertés publiques et individuelles, à l’exercice démocratique du pouvoir mais aussi aux tensions sociales persistantes. Ce n’est qu’à ce prix que nous reprendrons confiance dans la destinée de notre jeune nation qui doit conforter sa place en Afrique et dans le monde. Il nous faut garder confiance en notre avenir commun et en notre communauté de destin. Nous devons bâtir une nation une et indivisible en dépit de nos divergences qu’elles soient ethniques, religieuses ou politiques. Cela passe par le sens du sacrifice et du compromis.

Les élections à venir et notamment les législatives seront l’occasion de prendre au mot le pouvoir quant à sa capacité à nous offrir un scrutin au-dessus de tout soupçon. Maintenant que l’opposition a affirmé sa volonté d’y participer en dépit de ses réserves légitimes, il faut saluer ce sacrifice fait pour le pays et garantir une élection véritablement démocratique en bannissant l’exclusion injuste des candidats de l’opposition et la fraude lors de la proclamation des résultats.

Il faut sans tergiverser reformer la Commission Électorale Indépendante, libérer tous les prisonniers politiques y compris les militaires en prison depuis 2011, favoriser le retour de tous les exilés et assurer la sécurité du scrutin. C’est le prix à payer pour donner une chance à la paix dans notre pays.

Ivoiriennes, Ivoiriens
Mes chers compatriotes,

Malgré les difficultés de l’année qui va bientôt se terminer, je voudrais vous inviter à garder confiance en notre capacité à trouver en nous-même la force de transcender nos divergences pour faire de notre pays, la Côte d’Ivoire un havre de paix, de démocratie et de développement. C’est pourquoi, je formule à votre endroit ivoiriens, ivoiriennes et populations vivantes en Côte d’Ivoire une bonne et heureuse année 2021. Que cette nouvelle année 2021 vous apporte à vous et à vos familles respectives paix, bonheur et joie.

Engageons-nous, tous ensemble, à œuvrer pour éviter le précipice à notre pays aux conséquences insoupçonnées.
Que Dieu nous bénisse et qu’il protège notre beau pays la Côte d’Ivoire. Bonne et Heureuse année 2021 à tous et à toutes.
C’est Dieu qui est fort.

Fait en exil, le 30 Décembre 2020
Stéphane Kipré
Président de l’Union des Nouvelles Générations (UNG)