Publicité
À LA UNEACTUALITÉDIVERSECONOMIE

150 millions volés aux clients Wave et Orange Money: 13 escrocs arrêtés

Sponsorisé

Des anarques via les plateformes de transfert d’argent Wave et Orange Money ont été constatées. Après des enquêtes, la Division spéciale de la cybercriminalité (DSC) a mis fin aux agissements de deux bandes.

Certains clients des plateformes Wave et Orange Money ont été victimes d’anarques par deux groupes spécialisés dans l’escroquerie. A la suite de plusieurs plaintes, 13 personnes ont été arrêtées dans le cadre des enquêtes qui portent sur un préjudice provisoire de 150 millions de Francs CFA.

Les escrocs opéraient grâce à la complicité d’un employé de Wave. Il leur fournissait des informations confidentielles sur les clients. Grâce à ces informations qu’ils recevaient, ils appelaient la cible en insistant sur le fait que son identité n’était pas protégée. Et qu’il pourrait avoir une tentative de fraude si rien n’était fait. Ils donnaient donc toutes ces précisions avant de récupérer le code et vider le compte de la victime.

L’agent de Wave par qui ces escroqueries réussissaient, a été interpellé à Guédiawaye, le 2 novembre 2021, à la suite de 60 plaintes. Avec l’appui de la Brigade d’intervention polyvalente (Bip), 8 suspects ont été interpellés à Taiba Niasséne, le vendredi dernier. 60 plaintes pour un préjudice provisoire de 100 millions de Francs CFA ont été enregistrées. Toutes les personnes interpellées sont visées pour association de malfaiteurs, escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux et intrusion dans un système informatisée.
Les plaintes continuent d’arriver. Une autre bande avec la même méthode d’opération est aussi tombée dans les filets des enquêteurs. À sa tête, un dénommé Nazirou très connu dans le milieu, il a été intercepté à la Médina. Trois de ses complices, dont un certain Mohamed Niang, ont été arrêtés à Kaolack. Cette bande est visée par 14 plaintes pour un préjudice de 49 millions de Francs CFA.

Publicité
Publicités

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page